Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

CONTACTEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES

 

Les différents types d'allergies - Lise Jourdan

Les différents types d'allergies - Lise Jourdan

Extrait du livre écrit par Lise JOURDAN : Thérapies naturelles - Allergies

Les spécialistes ont établi une différence entre les réactions allergiques qu'ils classent en 4 stades, les plus courantes étant les allergies des stades 1 et 4.


L'allergie de type 1
C'est une réaction d'hypersensibilité immédiate ou anaphylactie que l'on retrouve dans les rhinites saisonnières ou les allergies aux acariens. La réaction se produit dans un délai très bref après le contact avec l'allergène. Elle est liée à une production excessive d'anticorps spécifiques, les immunoglobulines (IgE) qui se fixent sur certaines cellules qui circulent dans le sang mais aussi dans les muqueuses du nez et des yeux. Quand l'allergène arrive sur ces muqueuses, il se fixe sur ces IgE qui déclenchent une série de réactions inflammatoires en chaîne dont la libération d'histaminine. Cette dernière provoque une dilatation des vaisseaux impliquée dans les rougeurs, la congestion et l'hypersécrétion. D'où la conjonctivite, les larmes et les écoulements nasaux que l'on rencontre systématiquement ou presque dans ce type d'allergie.


L'allergie de type 2
Relativement rare, elle provoque parfois des altérations de cellules sanguines, notamment à l'occasion d'intolérances médicamenteuses.


L'allergie de type 3
Aussi peu fréquente que l'allergie de type 2, elle est généralement provoquée par les plumes ou les déjections d'oiseau qui déclenchent des réactions inflammatoires extrêmement sérieuses.


L'allergie de type 4
Plus courantes, les allergies de type 4 se caractérisent par une hypersensibilité retardée, c'est-à-dire que les réactions se produisent quelques heures et parfois même quelques jours après le contact avec l'allergène. Dans ce cas, ce ne sont plus les IgE qui sont impliqués, mais des globules blancs ou lymphocytes. En temps normal, ils ont pour mission d'éliminer un certain nombre de substances étrangères indésirables dans l'organisme. Mais parfois, lorsqu'ils rencontrent des inconnus inoffensifs qui ne leur plaisent pas, ils s'emballent, libérant une quantité excessive de cytokines qui, comme l'histamine, provoquent un certain nombre de manifestations désagréables et/ou douloureuses.


Des complications

L'urticaire
Soudain, votre peau gonfle, rougit et démange exactement comme si vous étiez tombé dans un champs d'ortie. Cette éruption va et vient dans la journée et démange énormément. Ne cherchez plus, vous souffrez d'urticaire, une affection cutanée qui n'est pas forcément d'origine allergique. Plus étonnant encore, la plupart des urticaires allergiques sont déclenchées par des allergènes alimentaires. Dans tous les cas, le traitement passe localement par l'application de crèmes calmantes et s'il s'agit d'une allergie par la prise d'un anti-histaminique par voie orale. Mais l'idéal est d'identifier d'abord le facteur déclenchant pour savoir précisément comment stopper la crise et éviter les récidives. Malheureusement, ce n'est pas toujours évident.


L'oedème de Quincke
L'urticaire prend parfois une forme différente et plus préoccupante. Il se manifeste alors par un glonflement des paupières, des lèvres, de la langue et/ou de la gorge qui s'accompagne ou non des démangeaisons typiques de l'urticaire. C'est l'oedème de Quincke souvent associé à de la fièvre et des douleurs diffuses sur tout le corps. Il faut réagir rapidement par la prise d'anti-histaminiques par voie orale, voire par des injections d'adrénaline. En effet, si le gonflement atteint la gorge, le malade risque l'asphyxie.

 

Le choc anaphylactique
C'est le symptôme le plus grave de l'allergie. Il survient très rapidement après l'entrée en contact avec l'allergène responsable (souvent un venin d'insecte, un aliment, un médicament ou le latex). Quand un effort physique intense se surajoute à l'allergène, le risque augmente. Le malade se sent mal, il pâlit, transpire, ses mains sont moites et glacées, il a du mal à respirer, sa tension chute, son visage est souvent gonflé, son pouls très faible. Parfois, ces symptômes vont de pair avec des démangeaisons, l'apparition d'une urticaire ou d'un oedème de Quincke. Dans tous les cas, il se sent oppressé et souffre d'angoisse. Il faut immédiatement appeler le Samu ou courir aux urgences car le pronostic vital est très réservé. Il faut que le malade puisse recevoir au plus vite une injection sous-cutanée d'adrénaline. Ensuite, les récidives étant toujours possibles, surtout en cas d'allergie aux insectes, il faut toujours avoir chez soi une trousse d'urgence et une seringue auto-injectable, graduée, prête à l'emploi, les doses étant préalablement fixées par le médecin. Les personnes ayant été victimes d'une urticaire sévère ou d'un oedème de Quincke ont tout intérêt à prendre les mêmes précautions.

Extrait du livre de Lise JOURDAN «  Thérapies naturelles - Allergies »