Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

CONTACTEZ-NOUS

NOS PARTENAIRES

 

Réglementation des allergènes alimentaires - source SGS

Réglementation des allergènes alimentaires - source SGS

          SGS Multilab & Allergènes : 20 Octobre 2005

 

 

 

Les laboratoires SGS Multilab ont développé un panel complet d'analyses pour accompagner les industriels et les distributeurs face aux nouvelles exigences réglementaires d'étiquetage des composés allergènes sur les biens de consommation alimentaires et non-alimentaires

 
 
Avec la mise en œuvre en Octobre et Novembre 2005 des nouvelles réglementations sur les détergents et les produits alimentaires, les composés allergènes devront désormais figurer clairement sur l'étiquetage. Une tendance qui tend à s'appliquer à l'ensemble des biens de consommation qui sont passés au crible par les laboratoires SGS Multilab pour détecter jusqu'à parfois 1 µg de composé.
  

Pour les personnes allergiques, la seule solution est d'éviter les aliments ou composés contenant des allergènes.
Un étiquetage détaillé des ingrédients allergéniques est donc essentiel et est défini par le dispositif réglementaire qui s'applique aux produits de consommation non alimentaire d'une part et alimentaire d'autre part.

Ingrédients de l'Annexe III bis (directive 2003/89/CE) et ingrédients exclus de cette liste (directive 2005/26/CE)

 

Produits alimentaires : à la recherche des épitopes La directive 2003/89/CE du 10 novembre 2003 modifiant la directive 2000/13/CE qui entre en vigueur le 25 novembre 2005 indique les ingrédients qui doivent être mentionnés sur l'étiquetage indépendamment de la quantité présente dans l'aliment fini. En effet, les mécanismes allergiques ne sont pas nécessairement proportionnels à la quantité, une faible exposition peut suffire pour créer de dangereuses réactions de l'organisme : l'allergénicité est provoquée par une portion de la protéine, l'épitope ou déterminant antigénique, un petit peptide en général à la surface des protéines.

Cette liste comprend aujourd'hui 12 ingrédients allergènes identifiés dans l'annexe III bis.

En complément, la directive 2005/26/CE du 21 mars 2005 établit une liste des substances ou ingrédients alimentaires provisoirement exclus de l'annexe III bis.

Par exemple, la moutarde étant responsable d'allergie et listée dans l'annexe III bis est soumise à étiquetage. Par contre, ce n'est pas le cas de l'un de ses dérivés, l'huile de moutarde, qui après étude et avis de l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), n'est pas considérée comme possédant des propriétés d'allergénicité.

 

Les allergènes alimentaires les plus courants interviennent dans la composition d'une grande variété d'aliments préparés, ils peuvent être de plusieurs types : ingrédients additifs (colorants, conservateurs, émulsifiants, gélifiants), auxiliaires technologiques et autres substances.

Les produits non-conformes à cette directive seront interdits à la vente à partir du 25 novembre 2005.

Les produits mis sur le marché ou étiquetés avant cette date et non-conformes à cette directive pourront néanmoins être commercialisés jusqu'à épuisement des stocks.

Sur cette base, ce sont tous les produits
qui sont sous surveillance : les matières premières pour éviter qu'un ingrédient non-conforme contamine le process, le produit fini pour garantir la conformité de son étiquetage ainsi que le produit distribué pour s'assurer qu'il n'y a pas eu de contaminations croisées lors du process (liés à la fabrication de produits différents sur des chaînes de production).

Substances et ingrédients de l'annexe III bis,devant être mentionnés sur l'étiquetage
-Céréales contenant du gluten
(à savoir blé, seigle,orge, avoine, épeautre, petit épeautre, kamut ou leurs souches hybridées), et produits à base de ces céréales.

Substances et ingrédients exclus de l'annexe IIIbis

 

-Sirop de glucose à base de blé comprenant dudextrose (et les produits dérivés)
-Maltodextrines à base de blé
-Sirops de glucose à base d'orge
-Céréales utilisées dans les distillats pour alcools

-Œufs et produits à base d'œufs.

 

-Crustacés et produits à base de crustacés.

-Lysozyme (produit à partir d'œufs) utilisé dans le vin
-Albumine (produite à partir d'œufs) utilisée comme agent de clarification dans le vin et le cidre

 

-Gélatine de poisson utilisée comme support pourles vitamines et les arômes

-Poissons et produits à base de poissons

-Arachides et produits à base d'arachides.

-Gélatine de poisson ou ichtyocolle utilisée comme agent de clarification dans la bière, le cidre et le vin

-Soja et produits à base de soja.

-Huille et graisse de soja entièrement raffinées
-Tocophérols mixtes naturels (E306), D-alpha-tocophérol naturel, succinate de D-alpha-tocophéryl naturel dérivés du soja
-Phytostérols et esters de phytostérol dérivés d'huile végétales de soja

-Lait et produits à base de lait ( y compris le lactose)

 

-Fruits à coque, à savoir amandes (Amygdaluscommunis L) , noix de pécan (Carya illinoiesis(Wangenh) K Koch), noix du brésil, pistaches (pistacia vera), noix de Macadamia et noix du Queensland (Macadomiaterrifolia) et produits à base de ces fruits.(Benholleria

-Lactitol
-Produits à base de lait (caséine) utilisés comme
-Lactosérum utilisé dans les distillats pour alcools
-agents de clarification dans le vin et le cidre
-Fruits à coque utilisés dans les distillats pour alcools
-Fruits à coques (amandes, noix) utilisés (comme arômes) dans les alcools
 

-Céleri et produits à base de céleri excelsa)

 

 

 

-Moutarde et produits à base de moutarde

-Huile de feuilles et de graines de céleri
-Oléorésine de graines de céleri

-Huile de Moutarde
-Huile de Graines de Moutarde
-éorésine de Graines de Moutarde

-Anhydride sulfureux et sulfites en concentration de  plus de 10mg/kg ou 10mg/litre exprimées en SO2

-Graines de sésame et produits à base de graines de sésame.

-Ol

 

 


 

 

Quid du dosage des allergènes

 

Que l'on parle d'allergènes alimentaires ou d'allergènes de la liste des 26 substances, les techniques d'analyses et de caractérisations sont différentes et font appel aux connaissances des ingénieurs de chimie analytique : trouver la méthode la plus adaptée selon le type de molécules.


-Liste des 26 allergènes cosmétiques
D'une façon générale, on peut dire que les molécules de la liste des 26 allergènes, dosées sur les produits non alimentaires cosmétiques, DPH, parfums, fragrances, sont des molécules de faible poids moléculaire (ex : farrnesol) et font l'objet d'une caractérisation par chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GC/MS). Il s'agit alors de doser 26 molécules de structures différentes. Dans ce domaine, la méthode doit être assez sensible pour atteindre les seuils requis d'étiquetage 0,001% et 0,01%. La méthode doit être spécifique et adaptée à la complexité des matrices, évitant toute interférence. La méthode GC/MS/CI a été la méthode adoptée, validée et retenue par le groupe de travail de normalisation de l'IFRA. Pour les matrices très complexes, l'analyse en GC/MS peut se révéler insuffisante, c'est pour cette raison que notre laboratoire développe des méthodes en GC/MS/MS.


-Liste des 12 allergènes alimentaires
Dans le domaine alimentaire, les molécules allergéniques sont de tout autre nature : ce sont des fractions de protéines que l'on appelle épitopes. En fonction de l'origine du produit, la nature de l'allergène est différente. Par exemple pour l'arachide, les molécules allergènes sont dispersées dans les fractions arachine et conarachine (ara hI, ara hII entre autre sont 2 sous-unités de ces fractions puissamment allergènes) Les méthodes d'analyses répondant au dosage et à la quantification après extraction et purification sont de 3 ordres : > immunochimie type Elisa (Enzym Linked Immuno-Sorbent Essay) : méthode la plus fréquente qui permet de rechercher directement l'allergène par une réaction antigène/anticorps relativement sensible si le laboratoire possède les techniques appropriées de traitement et d'échantillonnage (la limite de détection est de l'ordre du ppm soit 1mg/kg) > biologie moléculaire par PCR : méthode qui consiste à rechercher la séquence d'ADN de l'espèce par PCR(ex : blé). C'est l'ingrédient par sa structure génétique qui est caractérisé. Cette méthode ne permet pas de vérifier la présence réelle de l'allergène (l'ADN peut être présent, sans que la protéine allergène le soit), mais permet de vérifier une non­contamination de matière première, de produit fini ou l'efficacité des opérations de désinfection. > méthodes chimiques : cas du dosage des sulfites par distillation

Les techniques d'analyse ont évolué, la méthode ELISA s'avère sensible et robuste, permettant la recherche et la quantification de la protéine allergène. Cette approche peut être complétée si nécessaire par la méthode PCR.

Quelque soit la méthode, le cœur de l'analyse réside souvent dans la phase d'extraction qui permettra de séparer correctement les composés des ingrédients. Nos laboratoires en France, accrédités Cofrac, sont à même de réaliser toutes les analyses d'allergènes sur les produits cosmétiques, alimentaires, les produits détergents...

 

N.B. Depuis la rédaction de ce texte, il y a deux autres allergènes qui ont été joints à cette réglementation européenne: les MOLLUSQUES-CRUSTACES et le LUPIN

 

Le Groupe SGS


Fondée en 1878 à Rouen, la SGS est aujourd'hui leader mondial en matière de vérification, de contrôles, d'analyses et de certifications (Certification de services QUALICERT, de systèmes et de produits). SGS France compte aujourd'hui 1 700 collaborateurs répartis dans 85 bureaux et centres de contrôle et 25 laboratoires. Les services stratégiques proposés par la SGS en France concernent de nombreux secteurs dont l'agriculture, l'agro-alimentaire, les biens de consommation, les produits miniers et pétroliers, la chimie, les services d'inspection industrielle, la pharmacie, la cosmétologie, l'environnement... SGS France offre également des services dans le domaine des essais non-destructifs et du contrôle technique automobile.

 

--> Les allergènes cosmétiques